Clémence Preiss

« Mon rêve est réel », nous dit Clémence Preiss, et on veut y croire aussi. C’est celui d’une fille qui expose son ambition, assume ses revendications et vit dans l’extrême positivité, bien qu'avec la dérision nécessaire. On nous a appris à se limiter, à rester discret, mais elle n’a peur de rien. Clémence Preiss a la vingtaine, mais « l’âge n’a pas d’importance ». Née en France mais d'origines très variées, elle n’a « pas besoin de racine », et se sent chez elle à Miami comme à Londres. Elle « n’aime pas les choses basiques, ou vides de sens », et se revendique pure. Elle lit De l’âme d’Aristote un samedi après midi dans un resto bio et végétarien du 3ème, mais aime aussi la vodka citron, et le luxe - du moins quand il est artisanal. Elle nous vient tout simplement du « paradis sur Terre », Cahors, où elle s’est définitivement connectée à la nature tout en éprouvant, seule dans sa chambre d’adolescente, ses premiers émois sonores sur du rock comme sur de la grosse makina espagnole. Après avoir tout de même appris son solfège, elle atterrit à Paris, et se livre autant au milieu de l’électro style Institubes qu’aux enseignements de la pianiste Virginie Fontanarosa.

https://soundcloud.com/preiss-cl-mence